Taupo, et les Huka Falls

By 2 décembre 2012Nouvelle-Zélande, Randonnée

Après m’être reposé une bonne nuit dans un magnifique backpacker (quand je dis magnifique, ça veut dire grande cuisine, chambres bien aménagées etc, et les salles de bain intégrées aux dortoirs étaient vraiment sympa), je me décide à faire la seule attraction du coin à faire « rapidement » et sans payer.

Parce que oui, Taupo est un endroit magnifique pour toutes les activités qu’on a à disposition, mais hélas, sans voiture, et sans vouloir trop dépenser sur la route, on est très (trop) vite limités…

Je pars donc en ce début d’après-midi pour une walk indiquée pour environ 1h20 aller/retour, selon un chemin que j’avais vu. Et qui d’ailleurs n’était pas le bon.

Je m’engage donc du mauvais côté, mais dans la bonne direction. En suivant la Waikato River sous un soleil de plomb, mais en gardant mon polaire (tant qu’on y est…), et mon sac sur le dos; je descend doucement dans une vallée surplombée de hautes falaises. Tout est calme, et seul le cri de quelques passereaux perturbe le murmure de l’eau. Et, encore une fois, c’est beau. Les couleurs turquoises du ciel, la verdure des arbres et les reflets bleus/verts de l’eau… On a envie d’y rester un peu, d’autant plus que presque personne n’emprunte ce chemin.

Calme eau courant entre les roches, où vas-tu donc ?

Calme eau courant entre les roches, où vas-tu donc ?

Juste pour ma cousine Claire, j'en case deux, des photos !

Juste pour ma cousine Claire, j’en case deux, des photos !

D’ailleurs, c’est d’ici (juste à droite, caché par l’arbre), que se trouve le Taupo Bungy, un saut à l’élastique du point le plus haut de ces falaises, à environ 48 mètres du sol. Savoir que celui-ci est un des plus petits de Nouvelle-Zélande donne une impression du goût du risque Kiwi !

Après m’être perdu sur un chemin sans issue, je remonte toute la falaise grâce à un chemin fait d’escaliers. Je me retrouve sur un parking, une heure après avoir commencé mon chemin, qui s’avérera par la suite n’être qu’à une dizaine de minutes de mon backpacker.

J’aperçois des flèches violettes au sol, environ tous les 10 mètres. Mon chemin, me dis-je. Que nenni ! (enfin sur le coup, encore une fois, je ne le savais pas). Je m’engage donc dans un petit chemin en sous-bois, courant une nouvelle fois contre la rivière. Petit chemin très agréable, avec son lot de montées, de descentes, et, étrangement, de lieux où s’arrêter pour se baigner dans la rivière. Tout en sachant que si on s’éloigne d’environ 10 mètres de la berge, le courant devient trop fort, il faut tout de même retenir que le Waikato est le fleuve le plus long du pays… On peut donc se perdre dans les flots en se baignant au fin fond de la forêt. Mon chemin continue donc très longtemps, sans soucis si ce n’est le fait de n’avoir vu aucun autre marcheur.

Je débouche donc au début de la walk prévue pour une heure et quelques, à environ 5 minutes de là où j’étais entré en forêt. Une track de vélo, c’était donc ça…

Un peu dégoûté d’avoir marché deux heures de trop mais sans pour autant entamer mon enthousiasme à aller admirer les Huka Falls, je m’engage sur le réel chemin, celui balisé, celui où on croise plein de monde. Et au tout début de ce chemin est une chose étonnante, et le fait qu’elle soit gratuite l’est encore plus : des baignoires naturelles où se mêlent les eaux froides venues du lac Taupo, et celles provenant de la zone de forte activité géothermique non loin de là, très chaudes.

Ainsi coule, coule, coule... De l'eau à 50°.

Ainsi coule, coule, coule… De l’eau à 50°.

Vous pouvez voir de la vapeur s’enfuir vers le ciel. Ça veut dire que c’est chaud, très chaud. Mais je ne doute pas que vous l’aviez déjà compris.

La suite de la marche est simple : monter, descendre, monter, descendre, et ce dans la forêt. Pas forcément de quoi s’extasier, à part un joli décor de mangrove au détour d’un virage, ou encore la très jolie forêt d’arbustes ressemblant étrangement à des yuccas.

Un grondement sourd dans le lointain. On s’en rapproche, finalement de ces chutes !

Un pont, une concentration de touristes. Et finalement, les chutes. Mais une courte vidéo vaut mieux que de jolies photos (non ?).

 

Finalement, fatigué mais content d’avoir vu des jolies chutes d’aussi près, je me relance sur la piste et l’avale en 20 minutes. C’est marqué « environ une heure ». Je m’affale dans l’herbe et essaie de penser à autre chose, par exemple, que fais-je demain ?

Eh bien, finalement, j’ai décidé de tester le hitchhike, et en 2 minutes j’étais dans une voiture m’emmenant de Taupo à Tuarangi. Un petit saut vers Welli, certes, mais un saut quand même. Je suis maintenant installé dans un backpacker très familial, très petit et finalement très sympa, et je ne sais toujours pas de quoi sera fait demain !

Une réaction ? Une question ? N'hésitez pas à commenter !