Par monts et par flots

By 13 février 2013Nouvelle-Zélande

Queenstown, Queenstown, Queenstown… Tant de monts et merveilles promis pour au final la plus incroyable machine à touristes de Nouvelle-Zélande… J’y serais pourtant revenu trois fois, et cette impression n’a fait que se confirmer.

Bien décidé à disparaître de cette cité bien trop éloignée de ma définition de « capitale de l’aventure » (je sais pas, mais « l’aventure » en bus, je trouve pas ça très logique), je me suis enfui vers Te Anau, la porte du Fiordland, avec la ferme intention de me noyer au plus profond du tourisme Néozélandais, et d’aller admirer le Milford Sound.

Je m’élance le long de la route, et, en me déplaçant vers l’endroit où je souhaitais tendre le pouce, j’entends quelqu’un me demander si j’ai besoin d’un lift, et où. Il s’avérait que cet homme se rendait lui-même vers Te Anau. J’ai donc battu le record de vitesse en hitchhike en Nouvelle-Zélande, atteignant le score respectable de -5 minutes.

Te Anau, pour y avoir passé une nuit lors de mon retour de la Routeburn Track, m’avait paru une ville calme et très sympathique à vivre. Du moins, comparé à Queenstown. Cette impression s’est confirmée lorsque j’y suis arrivé une nouvelle fois. Des petites échoppes le long d’une allée centrale, des prix hauts sans être excessifs, ce qui me semble normal… Reste un souci, et pas des moindres : un nombre de bus dépassant presque celui des voitures, et la quasi impossibilité de trouver un local. Un kiwi.

Mon backpacker trouvé, et moi installé, je me prenais une journée calme et détente, avant de me diriger le lendemain, armé de mon panneau dépliable « To Milford Sound » « I can share for the fuel ! » (Par dépliable, j’entends que la seconde phrase pouvait être cachée, et elle l’était) vers le bras de la ville se dirigeant vers le Milford Sound.

Encore une fois, chanceux que je suis, une voiture s’arrête avant que je n’atteigne l’endroit où je comptais me poser. Chance encore, il s’avérait que les deux occupants étaient un couple de photographes professionnels. Et chance une dernière fois, eux aussi voulaient attraper la croisière de 11h, et pour ça, on a roulé légèrement au-dessus de ce qui était demandé.

C’était d’ailleurs limite : en atteignant le Milford Sound, on n’avait même pas 10 minutes pour embarquer. Mais ça a finalement bien réussi.

Et là, départ sur un bateau trop grand pour le nombre de personnes qu’il contenait, et… Et… Eh bien, oui, c’est magnifique. Mais, il y a un mais. Pourquoi diable est-ce si touristique ? Pourquoi est-ce connu mondialement ? Je veux dire par là que j’ai trouvé la Routeburn Track bien plus magnifique que ne l’est le Milford Sound !

L'entrée dans le fjord...

L’entrée dans le fjord…

La rencontre avec les locaux !

La rencontre avec les locaux !

CIMG2599

De part et d’autre de gigantesques murailles de roches nous encerclent…

Évidemment, c’est vraiment impressionnant, mais est-ce que ça vaut l’engouement que ça suscite ? J’ai quelques doutes. Environ 500,000 personnes se pressent en effet, en particulier durant l’été, pour faire un tour sur le Sound.

Au retour, vu qu’il nous était impossible de s’arrêter à l’aller, on s’est aperçus d’une chose : la route jusqu’au Milford Sound est au moins sinon plus jolie que le Sound lui-même.

CIMG2706

Un incroyable mur de roche barre la route.

CIMG2719

De l’autre côté du tunnel

Tunnel très étonnant d’ailleurs, puisque très peu éclairé, et taillé à même la roche : en effet, il n’a pas été bétonné à l’intérieur, et seuls des câbles courent sur la roche assez approximativement taillée. Il n’y a pas non plus de sorties de secours, bien évidemment. Pas forcément génial pour un tunnel de plus de 3km.

Après de nombreux petits arrêts, retour à Te Anau, puis jour calme encore, durant lequel j’ai retrouvé le coureur allemand de Picton. Puis, au matin, avec lui, hitchhike vers Invercargill, pas trop difficile. Puis, arrêt sur une plage, nommée Blue Cliffs, sans rien de bleu à part la mer, et sans falaises. Et dans l’eau, jouant dans les vagues, des dauphins. Forcément, on ne réfléchit pas, on saute directement pour jouer avec eux. Puis une vague trop grosse, qu’on esquive par en-dessous, et qu’on comprend notre bêtise en sentant nos lunettes glisser puis disparaître dans les flots.

Heureusement, doté de solaires à ma vue (très mauvaise, soit dit en passant), je peux continuer à voir, mais en sombre. Mais hélas, mon plan d’aller sur l’île Stewart avec le coureur allemand tombe à l’eau : voir un kiwi la nuit avec des lunettes de soleil, c’est pas génial.

Mes plans ont donc dû (encore) changer, et s’orientent maintenant vers les Catlins, en attendant que de nouvelles lunettes m’arrivent de par delà les flots…

Join the discussion 6 Commentaires

  • Quertu dit :

    Bon si tu vas vers les Catlins ET que tu as ce commentaire à temps, tu vas à l’auberge de Surat Bay de ma part (du côté d’Owaka).

    Sinon je confirme pour QT: c’est l’enfer… autant que les navires de Milford sont une insulte au bon goût.

    PS Pour plus de détails sur Surat, tu peux me mailer, tu as l’adresse !

    • solomai dit :

      Surat Bay Lodge, c’est là où je comptais aller, tiens donc.
      Le souci sera sûrement au niveau du hitchhike, ce sera la première fois que je tenterais ma chance en dehors des grands axes. Du grand axe, pardon. M’fin, je verrais.
      Mais comment ça « de ta part », tu as fait quelque chose de spécial là-bas ?

  • Quertu dit :

    Ils te raconteront 🙂

    • solomai dit :

      En effet, oui.
      Mon dieu, comme je te comprend, maintenant ! Best backpacker ever.
      Mais visiblement, tu leur manque aussi à ces braves gens, ils m’ont beaucoup parlé de toi !

  • Quertu dit :

    Un converti de plus au bonheur de Surat Bay !

    Je présume que le nouveau bandeau de ton site vient de là-bas 🙂

    • solomai dit :

      Mince, grillé !
      Oui, ça vient de là, ce coucher de soleil était juste le plus magnifique que j’ai vu depuis… Bah toujours, je pense. Avec le bébé sealion en train de crier juste en bas de la plage…
      « Bonheur de Surat Bay », oh oui.

Une réaction ? Une question ? N'hésitez pas à commenter !