Et ainsi vers le Sud je poursuis…

Windy Welly ne m’aura pas accueilli longtemps, mais peut-être le fera-t-elle une autre fois.

Deux jours après être arrivé au cœur de la Nouvelle Zélande, c’est dans un gigantesque navire d’acier que je dis au revoir à la jolie capitale, et aux statues géantes tirées du film Le Hobbit.

Le vent balayant sans cesse la région, et étant quelque peu soumis au mal de mer, le passage du détroit de Cook me donnait une logique appréhension. Mais au final, quelques cachets et une houle au final presque inexistante auront eu raison de ma peur.

Et là, quand on peut profiter un tant soit peu du voyage, la traversée du détroit nous raconte tout des différences entre les deux îles. Au départ de Wellington, et dans la baie, de basses collines nous accompagnent pendant un long temps, recouvertes d’une herbe assez jaunâtre, et striées de quelques petites routes où glissent le plus souvent des camping cars, ou autres vans. Les collines laissent place à des petits éclats de terre, dispersés là où la baie se termine.

Dans la brume au loin, on aperçoit la l’autre côté, l’île du Sud. Une heure, et deux Mars plus tard, on y est, on entre dans la partie la plus au Nord de la partie la plus au Sud de la Nouvelle-Zélande. Le Totaranui, ou Queen Charlotte Sound (par sound, comprenez l’équivalent de fjord.). Radical changement. Recouvertes d’arbres, de hautes collines, en à-pics, nous recouvrent, nous enserrent. Vertes, beaucoup plus vertes que ce qu’on peut imaginer, plus vertes encore que ma Normandie natale.

Des touffes d’arbres partout à l’horizon, toutes les roches en sont couvertes. Le changement est vraiment radical. De la civilisée et peuplée île du Nord, on passe à la sauvage et inhabitée île du Sud. Avec une petite recherche, on lui trouve un nom Maori. Te Waipounamu, l’île aux rochers verts.

Parfois, au creux d’une petite baie, on trouve un, deux pontons, menant sur de petites habitations, perdues dans ces étranges montagnes. C’est dans ce décor franchement dépaysant que nous arrivons au bout de ce goulet, la petite ville de Picton. Logée au cœur de montagnes vertes, ce lieu est calme et reposant, et, il faut le dire, vraiment magnifique.

Et dans les vertes montagnes le train partit.

Et dans les vertes montagnes le train partit.

La mer, ou bien la montagne ? Et pourquoi pas les deux ?

La mer, ou bien la montagne ? Et pourquoi pas les deux ?

Et c’est dans cette charmante ville que je me suis établi en attendant de me trouver quelque petit job, dans une auberge de jeunesse à l’ambiance familiale, et au pudding au chocolat accompagné de glace à la vanille tous les soirs, et gratuitement. Original, j’apprécie.

PS : Cela n’a bien évidemment rien à voir, mais un certain Dimitri m’a demandé de lui faire un petit clin d’œil, alors voilà, c’est cadeau !

J'avoue avoir pensé à toi en photographiant celui-là. Mais pourquoi donc ?

J’avoue avoir pensé à toi en photographiant celui-là. Mais pourquoi donc ?

Celle-là à été prise à Auckland, pas loin du musée. Loin de là où je suis maintenant !

Join the discussion 5 Commentaires

  • Quertu dit :

    Tu camperais pas du côté de l’Atlantis toi ?

    Si tu es encore à Picton à lecture de ce message, va donc voir au Café, sur le Waterfront: best coffee on earth.

    Et va te balader vers Bob point and co: c’est super calme et agréable !

    • solomai dit :

      Non, je suis plus loin, sur le Sequoia lodge, l’endroit est archi sympa et il y a plein de trucs gratuits, je suis fan.
      Le café, je testerais demain, si tu dis que c’est le meilleur, alors je te croirais 😀
      La Bob point, c’est vraiment cool oui, mais le chemin y menant est quelque peu ennuyeux… Une ou deux trouées entre les arbres.
      Mais merci pour ces bons plans, ça fait toujours plaisir d’avoir des adresses accessibles !

    • solomai dit :

      Vieux sujet certes, mais retour à Picton oblige, je dois avouer que ce Café que je n’avais pas trouvé la première fois s’est avéré être un pur délice ! Ce mocchachino…

  • Quertu dit :

    T’as la possibilité d’aller tout au bout en une heure (de mémoire): t’arrive sur un truc isolé génial avec une stèle en japonais… C’est juste un petit paradis !

  • Nabuchodonosor dit :

    Hey !! Super petit coin de paradis que tu as déniché là ! Entre mer et montagne, juste géant !

    Je suis avec intérêt tes aventures mon p’tit ! Profite à fond !

    Nabu

Une réaction ? Une question ? N'hésitez pas à commenter !